Shaggy - Intoxication

Publié le par beu-fa

shaggy.jpgShaggy est de retour avec Intoxication, album qui se veut moins cross over que les 3 précédents, tout en gardant sa volonté de séduire le plus large publique  possible.  Il faut dire que les deux derniers étaient bien fade, malgré quelques clin d'oeils et emprunts intéressant à la musique yardie.  Celui-ci sort chez Atlantic mais avec la collaboration de VP Records. Ce qui donne un accent jamaïquain un peu plus prononcé à l'album. Au bou de 17 ans de carrière, Shaggy a retrouvé un toast rough, plus jamaïquain, rapide et efficace. Ce qui est déjà bien plus agréable. Puis niveau riddims, l'artiste bénéficie des concepteurs de chez Big Yard qui lui ont taillé du sur mesure.  Les tunes s'enchaînent donc avec efficacité. Mais comme dans toute grosse sortie commerciale, il y a des petits ( ou des gros ) bémols.  Souvent, les featurings sont trop R&B, ce qui est dommage quand il s'agit de l'invité Rayvon, vieux compagnon yardi de Shaggy ( déjà présent sur In The Summertime en 1995 ) ou d' Akon, artiste talentueux mais tellement matraqué sur les ondes que l'overdose n'est pas loin. On retrouve aussi comme invités Nasha puis les habitués Brian & Tony Gold sur le deuxième single Bonafide Girl et enfin Collie Buddz & Sizzla sur un trio brûlant.  On aurait aimé que le Church Heathen présent soit la version remix avec l'efficace toaster vétéran Ninjaman. Dommage ! Néanmoins, le riddim tue toujours autant.  Bon, ce n'est pas l'album le plus représentatif de Shaggy, mais c'est tout de même le meilleur depuis  l'album Boombastic en 1995.

Publié dans Dancehall

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article